Qu’est-ce que le dispositif de Pression Positive Continue (PPC) ?

Publié il y a 146 jours - Apnée du sommeil

Qu’est-ce qu’un appareillage PPC ?

L’appareil PPC, ou dispositif de Pression Positive Continue est un appareil visant à assister la respiration du patient. Il assure une ventilation en pression positive continue, permettant au patient de maintenir une respiration constante tout au long de la nuit. Il est indiqué en cas de syndrome d’apnée du sommeil diagnostiquée par une polygraphie ventilatoire ou par une polysomnographie. Il s’agit d’un dispositif médical, délivré sur ordonnance en cas de symptômes d’apnée du sommeil modérée à sévère. Le PPC est composé :

  • Du corps de l’appareil : c’est une petite machine contenant une turbine. Cette dernière envoie un flux d’air léger et continu dans les voies respiratoires du patient tout au long de la nuit. Cet air est envoyé sous pression par l’intermédiaire d’un masque posé sur le nez ou sur le nez et la bouche. La pression envoyée est déterminée par un médecin, après une nuit d’enregistrement. Certains appareils sont en revanche capables de détecter les événements respiratoires et d’ajuster la pression envoyée au cours de la nuit.
  • D’un humidificateur : on peut utiliser un dispositif PPC avec ou sans humidificateur. Ce dernier, généralement intégré dans l’appareil, permet de réduire certains symptômes en humidifiant l’air administré dans les voies respiratoires. Parmi ces symptômes, la sécheresse, congestion et douleur nasale et la sensation de gorge sèche. L’élimination de ces désagréments permet un meilleur confort au cours de la nuit. L’humidificateur est particulièrement recommandé si la pression d’air envoyée au patient pendant la nuit est élevée.
  • Le masque : le masque d’un PPC se décline en trois grandes catégories : le masque nasal, le masque narinaire et le masque facial ou bucco-nasal. Le masque nasal est le plus courant et le mieux supporté par les patients. Il arrive souvent que le patient doive tester plusieurs sortes de masques pour trouver celui qui lui convient le mieux. Le masque doit être confortable, facile à ajuster, éviter les fuites et permettre une bonne aération.

Les bienfaits du traitement par PPC

Le traitement par PPC permet une amélioration considérable de la qualité du sommeil chez le patient souffrant d’apnées obstructives du sommeil. Il rétablit un sommeil réparateur et réduit la fatigue au cours de la journée. Cela permet au dormeur de retrouver toutes ses capacités de concentration et de vigilance au cours de la journée. En outre, cela améliore son humeur, réduit son irritabilité et limite les comportements de compensation de la fatigue, comme le grignotage excessif.

En résumé, l’efficacité du dispositif de Pression Positive Continue permet aux patients d’améliorer la qualité de leur quotidien, de nuit comme de jour.

Pour être efficace, le traitement doit néanmoins être quotidien : le PPC doit être placé pendant toute la durée du sommeil, même au cours des siestes. Les bénéfices du traitement par PPC ne sont, dans tous les cas, significatifs qu’à partir d’une utilisation de 4 heures au minimum par nuit. Il doit également être utilisé en complément d’une bonne hygiène de vie (pas de prise d’excitants le soir, activités relaxantes avant le coucher, dîners légers, pas de consommation d’alcool avant d’aller dormir…).

Les effets indésirables de la PPC

Une majorité des patients tolèrent bien l’appareillage de nuit PPC. Cette tolérance dépend cependant de divers critères, comme le degré de suivi du patient, la tolérance à l’inconfort et la survenance d’effets secondaires indésirables. Parmi les raisons pour lesquelles certains patients ne supportent pas le traitement par PPC :

  • Le PPC est un appareil assez encombrant, bien que compact et assez peu bruyant. Il peut gêner les mouvements du dormeur pendant son sommeil et le réveiller.
  • Des irritations cutanées : certains patients peuvent être irrités sur la zone où est posé le masque.
  • Une sensation de sécheresse bucco-nasale : certains dormeurs sont incommodés par des sécheresses nasales ou buccales, dues à la pression de l’air émis par le PPC.
  • On peut observer des rhinites et des conjonctivites à répétition chez certains patients tolérant mal le traitement.
  • La PPC peut également entraîner des ballonnements inconfortables, lorsque le flux d’air sous pression prend la direction du système digestif. Le port d’un PPC la nuit est également difficile à supporter chez les personnes souffrant de claustrophobie.
  • La pression quotidienne du masque sur le visage peut entraîner des effets indésirables. Outre les marques inesthétiques le matin, cette pression peut entraîner des mouvements dentaires qu’il est souhaitable d’éviter.

Vous l’avez compris, le PPC est un dispositif contraignant et n’est pas adapté à tous; en présence d’apnées du sommeil légère à modérée pendant le sommeil, les spécialistes du sommeil privilégient généralement la prescription d’une orthèse d’avancée mandibulaire. C’est en effet une alternative plus légère et mieux tolérée, capable de permettre au patient de recouvrer une bonne qualité de sommeil.

Le remboursement d’une machine PPC pour le traitement de l’apnée du sommeil

Il est possible pour le patient de bénéficier de remboursements du PPC par l’assurance maladie, destinés à réduire le coût du dispositif médical et à le rendre accessible à tous les patients. En 2019, le coût de l’appareil est assez élevé : comptez environ 850 € pour obtenir un appareillage PPC. La sécurité sociale peut rembourser 60 % ce dispositif, sous conditions strictes. Pour en bénéficier, le patient devra suivre un parcours de soin défini et respecter l’intégralité des recommandations liées à ce traitement.

Partagez cette article :

Vous aimerez aussi

L’apnée du sommeil chez l’enfant

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil défini par…

lire l'article

Quels sont les différents tests pour l’apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil est une perturbation de la respiration au…

lire l'article

Quel traitement pour l’apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil lourd de…

lire l'article