Qu’est-ce que la ronchopathie ?

Publié il y a 95 jours - Ronflement

La ronchopathie, ou ronflement est une pathologie aussi gênante pour le dormeur que pour son entourage. Elle a atteint aussi bien les hommes que les femmes et peut concerner toutes les tranches d’âge. Qu’est-ce que la ronchopathie exactement ? Quelles sont ses causes, ses conséquences ? Quels sont les traitements possibles ? Après la lecture de ces quelques lignes, les ronflements n’auront plus aucun secret pour vous.

Ronchopathie : Définition

La ronchopathie est un terme définissant les bruits respiratoires émis par le dormeur pendant le sommeil. Il s’agit, en des termes plus simples, du ronflement. Lorsque les personnes atteintes de ronflements dorment, les tissus de la gorge se détendent. Le passage de l’air dans les voies aériennes supérieures est plus difficile, la ventilation moins bonne que chez une personne ne présentant pas ce trouble. Les vibrations des tissus de la gorge et de la luette produisent alors le son caractéristique du ronflement. Le ronflement peut être particulièrement gênant : le son émis peut atteindre jusqu’à 100 décibels. Les causes du ronflement sont diverses : surpoids, mauvaise hygiène de vie, amygdales volumineuses, congestion nasale, surconsommation d’alcool ou de médicaments… La ronchopathie concerne surtout les personnes adultes, hommes comme femme. L’âge est également un facteur du ronflement : la perte du tonus musculaire entraîne souvent des ronflements plus importants chez les personnes vieillissantes.

Les différents types de ronchopathie

Il existe différentes catégories de ronflements :

  • Le ronflement simple : le ronflement simple ne dépasse pas les 50 décibels et n’est pas jugé pathologique. Léger, il peut être dérangeant pour l’entourage du ronfleur mais ne présente pas de danger pour sa santé. Ce type de ronflement peut être passager, dû à une congestion nasale, à la consommation excessive d’alcool ou de tabac en soirée ou à une fatigue importante.
  • Le ronflement modéré : le ronflement modéré est plus bruyant que le ronflement léger. Il est souvent quotidien et se produit plus longtemps que le ronflement simple au cours de la nuit.
  • Le ronflement sévère : il peut dépasser les 95 décibels. C’est un ronflement puissant et quotidien qui relève de la pathologie.
  • Le ronflement chronique : le ronflement chronique est puissant et permanent. Il se répète chaque nuit pendant plusieurs heures. Là encore, il s’agit d’une pathologie devant être traitée.

Quels sont les risques liés à la ronchopathie ?

Il existe plusieurs conséquences de la ronchopathie. La première d’entre elles est une mauvaise qualité du sommeil. De nombreux ronfleurs se réveillent fatigués, avec la sensation de ne pas avoir assez dormi. Il en résulte des troubles de l’attention et de la concentration et souvent une certaine irritabilité. Les ronflements peuvent entraîner des risques plus graves : ronflements et apnées du sommeil sont souvent en lien. En effet, le ronflement est l’un des symptômes de l’apnée du sommeil (des pauses respiratoires répétées tout au long de la nuit). Il s’agit d’un trouble du sommeil pouvant être grave : les personnes sévèrement atteintes et non traitées ont plus de risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, d’hypertension artérielle ou encore de diabète. L’apnée du sommeil favorise aussi les accidents de la vie quotidienne, causés par une fatigue extrême, des endormissements fréquents et un manque d’attention.

Il est important de consulter face à une ronchopathie. Des examens réalisés par un spécialiste des ronflements, comme un spécialise du sommeil, un chirurgien-dentiste ou un ORL, permettent de vérifier s’il s’agit d’un véritable ronflement. En outre, ces examens permettent de déterminer la cause et le type de ronflement et d’orienter le patient vers un traitement adapté.

Ronchopathie : Les traitements possibles

Dites Stop au ronflement ! Orthèse Oniris®

— 69€

Paiement sécurisé

Livraison demain avant 13h (en passant commande avant 12h)

Aujourd’hui à 24,96€ avec le 3 fois sans frais

Vous l’avez compris : en plus d’occasionner des nuisances sonores, les ronflements peuvent être dangereux pour la santé et le mental. Il existe plusieurs manières, plus ou moins efficaces selon le type de ronchopathie, pour traiter les ronflements :

  • Soigner son hygiène de vie : consommer moins d’alcool, dîner léger, se coucher à des heures raisonnables…
  • Dormir sur le côté : cette position facilite le passage de l’air dans les voies respiratoires et diminue les ronflements.
  • Prendre des traitements naturels : il existe de nombreux produits à base de plantes pour traiter le ronflement, ou encore des appareils comme la bague anti-ronflement peuvent permettre de stopper les ronflements légers à modérés. L’utilisation d’huiles essentielles, d’un humidificateur d’air ou l’acupuncture sont aussi des solutions naturelles assez efficaces.
  • L’orthèse d’avancée mandibulaire : l’orthèse est une gouttière à porter pendant la nuit. C’est une solution efficace pour traiter les ronflements, mais aussi les apnées du sommeil. Elle avance la mâchoire pour faciliter la respiration au cours du sommeil.
  • Le traitement pas pression positive continue (PPC) : cet appareillage lourd concerne uniquement les personnes souffrant d’apnées du sommeil.
  • La chirurgie : elle est à envisager en derniers recours. Le type de chirurgie pratiquée dépend du type de pathologie dont souffre le patient. On peut par exemple traiter le ronflement par uvulo-palato-pharyngoplastie, une opération consistant à enlever une partie des amygdales, de la luette et du voile du palais.
Partagez cette article :

Vous aimerez aussi

Que faire en cas de ronflement chez l’enfant ?

Si la ronchopathie chez l’adulte est répandue, le ronflement chez…

lire l'article

Ronflement et grossesse : quels liens ?

Les nuits pendant la grossesse ne sont pas de tout…

lire l'article

Pourquoi utiliser une protection auditive anti-ronflement ?

Les ronflements sont parfois plus dérangeants pour la personne dormant…

lire l'article