Que faire en cas de ronflement chez l’enfant ?

Publié il y a 34 jours - Ronflement

Si la ronchopathie chez l’adulte est répandue, le ronflement chez l’enfant l’est en revanche beaucoup moins. En effet, les ronflements chez les enfants sont souvent liés à d’autres pathologies comme l’apnée du sommeil. Ils ne sont pas sans conséquences et peuvent entraîner un grand nombre de complications pour l’enfant. Quelles sont les causes du ronflement chez l’enfant ? Comment l’identifier ? Comment diagnostiquer et traiter le ronflement chez l’enfant ? Nous vous disons tout dans cet article.

Enfant qui ronfle : est-ce normal ?

Le ronflement chez l’enfant est assez rare : seuls 10 % des enfants de 3 à 6 ans sont touchés. Chez l’adulte, le ronflement résulte d’une mauvaise circulation de l’air dans les voies respiratoires. L’air bloque au niveau du pharynx, de la luette et du voile du palais. Cela entraîne un bruit rauque lors de la respiration pendant la nuit. Cette pathologie peu courante chez les enfants est bien souvent causée par une malformation, un trouble respiratoire obstructif du sommeil (TROS), ou encore une hypertrophie des amygdales et des végétations. Le ronflement peut également être le symptôme d’une apnée du sommeil.

On pense souvent, à tort, qu’un enfant qui ronfle est un enfant qui dort bien. Ce n’est pas le cas : en général, l’enfant est fatigué au réveil. Il peut présenter des difficultés de concentration à l’école, des troubles de l’apprentissage et a tendance à faire pipi au lit. On considère également que les enfants souffrant de ronflements réguliers sont davantage sujets à l’hyperactivité que les enfants qui ne ronflent pas. Ils souffrent aussi parfois de troubles émotionnels et relationnels. Vous l’avez compris : il est primordial d’identifier les ronflements chez l’enfant afin de trouver un traitement adapté. Nous vous expliquons comment déceler le ronflement de l’enfant et comment il peut être traité.

Comment identifier les ronflements chez l’enfant ?

Comment identifier les causes du ronflement chez l’enfant ? Vous devez en premier lieu déterminer dans quel contexte ils apparaissent. En effet, les ronflements en période de rhume sont considérés comme normaux : l’enfant souffre simplement de congestion nasale, ce qui entraîne une obstruction des voies aériennes pendant la nuit. S’ils surviennent en dehors de ce type de cas, il est en revanche important de consulter un spécialiste du sommeil ou un pédiatre, après avoir observé et écouté l’enfant dormir. Même si les ronflements sont communs au sein de votre famille, le ronflement fréquent chez les enfants n’a rien de normal et doit vous alarmer. Il peut être particulièrement difficile à identifier. Il est possible d’établir la présence de ronflements de l’enfant en présence des symptômes suivants :

  • énurésie fréquente (l’enfant fait pipi au lit) ;
  • difficultés à respirer pendant le sommeil, pauses respiratoires ;
  • une envie de boire fréquente pendant la nuit ;
  • des cauchemars à répétition ;
  • de l’hyperactivité ;
  • des symptômes révélant un sommeil de mauvaise qualité (sueurs nocturnes, irritabilité, fatigue importante au cours de la journée…).

À terme, le ronflement peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé de l’enfant. Il peut provoquer un syndrome d’apnée du sommeil, une mauvaise oxygénation, des troubles cardiovasculaires, de la croissance et du comportement.

Le diagnostic du ronflement chez l’enfant est effectué de façon identique au diagnostic du ronflement chez l’adulte. Dans un premier temps, il est nécessaire d’emmener l’enfant chez le pédiatre ou le médecin généraliste. S’ensuivent généralement un examen ORL, et des tests en laboratoire du sommeil si les anomalies dento-faciales et l’hypertrophie des amygdales sont écartées.

Comment traiter les ronflements de l’enfant ?

Vous comprenez maintenant une chose : les causes du ronflement chez l’enfant sont multiples. Dans la majorité des cas, soit 85 %, le ronflement résulte d’une hypertrophie des amygdales. Cette pathologie se présente souvent vers 4-5 ans et implique de faire pratiquer une amygdalectomie sans attendre. L’enfant est opéré sous anesthésie générale, l’intervention comporte des risques très faibles. Après cela, l’enfant ne présente plus de troubles diurnes et retrouve un sommeil de qualité. Dans les autres cas, on peut opérer l’enfant des végétations ou s’orienter vers une chirurgie différente (lorsque le ronflement persiste plus tard dans l’enfance, vers 9 ou 10 ans).

Quand le ronflement est associé à l’apnée du sommeil, l’ORL propose souvent la résection des amygdales et des végétations. Un traitement médicamenteux à base de corticoïdes est parfois administré, afin de diminuer l’inflammation des voies aériennes supérieures. Enfin, si le souci se situe au niveau de la dentition ou de la mâchoire, les spécialistes peuvent proposer, après un bilan dento-facial, de l’orthodontie voire un élargissement du palais. Dans tous les cas, il n’est pas nécessaire de s’inquiéter outre mesure : consulter un spécialiste est indispensable, mais il n’est pas dit qu’une chirurgie soit envisagée dans l’immédiat. Dans la majorité des cas, il est possible d’attendre l’adolescence pour effectuer une opération si le ronflement persiste pour des raisons anatomiques (cloison nasale déviée, voile du palais trop long…).

Partagez cette article :

Vous aimerez aussi

Ronflement et grossesse : quels liens ?

Les nuits pendant la grossesse ne sont pas de tout…

lire l'article

Pourquoi utiliser une protection auditive anti-ronflement ?

Les ronflements sont parfois plus dérangeants pour la personne dormant…

lire l'article

Existe-t’il des anti-ronflements naturels ?

Le ronflement, également appelé ronchopathie, est une pathologie répandue. En…

lire l'article