Qu’est-ce que le test de Epworth ?

Publié il y a 12 jours - Troubles du sommeil

Certaines maladies favorisent l’endormissement et la somnolence pendant la journée. Tomber de sommeil à tout moment peut être gênant, mais aussi dangereux. Vous souffrez d’endormissements fréquents ? Le test d’Epworth peut vous aider. Qu’est-ce que l’échelle d’Epworth ? En quoi consiste-t-elle ? Quels tests sont complémentaires peuvent aider à établir la présence d’un trouble du sommeil ?

Qu’est-ce que l’échelle d’Epworth ?

La somnolence diurne excessive est bien différente d’une simple fatigue. Il s’agit de la propension irrésistible à s’endormir si rien ne nous stimule autour de nous. Elle peut être problématique : une personne souffrant de somnolences importantes et soudaines peut aussi bien s’endormir sur son canapé qu’au travail ou au volant.

Les causes de la somnolence sont nombreuses : elles peuvent être liées à un manque de sommeil dû à diverses troubles du sommeil, une qualité de sommeil médiocre, des troubles respiratoires nocturnes tels que les apnées du sommeil … Le test d’Epworth est une série de questions permettant d’auto-évaluer notre niveau de somnolence diurne. Ce test servait initialement à dépister la narcolepsie et le syndrome d’apnée du sommeil. En France, ce test se présente parfois sous le nom d’ESS, soit Échelle de Somnolence.

En quoi consiste le test d’Epworth ?

Le test d’Epworth consiste à répondre à évaluer votre niveau de somnolence dans 8 situations :

  • Assis en lisant.
  • En regardant la télévision.
  • Assis inactif en public (par exemple au théâtre ou lors d’une réunion).
  • Comme passager en voiture pendant une heure sans arrêt.
  • En s’allongeant pour faire la sieste l’après-midi si les circonstances le permettent.
  • Assis et en discutant avec quelqu’un.
  • Assis tranquillement après un repas sans alcool.
  • Au volant, après quelques minutes d’arrêt lors d’un embouteillage.

Chaque situation doit être notée de 0 à 3 :

  • 0 = Risque nul.
  • 1 = risque faible d’assoupissement.
  • 2 = risque modéré d’assoupissement.
  • 3 = risque élevé d’assoupissement, assoupissement systématique.

Une fois la réponse à ces questions trouvée, vous obtenez une note sur 24. Si votre résultat est supérieur à 9, il est vivement conseillé de consulter un médecin pour effectuer des tests et examens complémentaires : votre somnolence diurne et inquiétante et requiert l’intervention d’un professionnel. Il est nécessaire d’étudier vos symptômes pour en identifier la cause et vous soigner.

Quels autres tests en compléments de l’échelle d’Epworth ?

Comme nous l’avons évoqué, le premier réflexe est de consulter un médecin généraliste. L’échelle d’Epworth ne permet en effet pas de poser un diagnostic : elle vise simplement à identifier votre niveau de somnolence. Cette fatigue diurne peut être révélatrice d’un trouble du sommeil et fait partie des symptômes de l’apnée du sommeil. Lors de votre rendez-vous avec votre médecin, décrivez le plus précisément possible vos symptômes afin de l’aider à établir un diagnostic.

Avec de nombreuses informations en main, il pourra vous orienter vers des tests du sommeil poussés comme une polysomnographie ou une polygraphie. Complets, ils consistent à analyser divers paramètres au cours d’un enregistrement de données pendant le sommeil du dormeur. Ces deux tests, effectués à respectivement à l’hôpital, en laboratoire du sommeil ou en ambulatoire permettront de vous orienter vers le traitement de l’apnée du sommeil ou du trouble du sommeil le plus adapté à votre cas.

Partagez cette article :

Vous aimerez aussi

Que faire en cas de problèmes de sommeil ?

Vous passez des nuits agitées et ne savez plus que…

lire l'article

Comment lutter contre l’insomnie ?

Le manque de sommeil provoque un certain nombre de désagréments…

lire l'article

Quels sont les troubles du rythme circadien ?

Avez-vous déjà entendu parler du rythme circadien ? Il est…

lire l'article