Quels sont les différents tests pour l’apnée du sommeil ?

Publié il y a 192 jours - Apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est une perturbation de la respiration au cours du sommeil. Ce trouble peut être caractérisé par une baisse du flux respiratoire ou l’arrêt de la respiration pendant la nuit. Ces pauses respiratoires ont de nombreuses conséquences néfastes : réveils pendant la nuit, mauvaise qualité de sommeil, et, par conséquent, une fatigue constante. Il existe différents tests pour déceler la présence de l’apnée du sommeil. En quoi consistent les tests pour l’apnée du sommeil ? Suffisent-ils à poser un diagnostic ? Où et comment les réaliser ? Ces quelques lignes vont vous permettre d’en savoir plus.

Les questionnaires de test d’apnée du sommeil

Vous présentez des symptômes d’apnée du sommeil ? Les conséquences de l’apnée du sommeil peuvent être nombreuses et particulièrement difficiles à vivre. Pour commencer, nous vous conseillons de réaliser l’un des tests d’apnée du sommeil suivants. Attention : les résultats du test effectué ne peuvent en aucun cas vous permettre d’établir un diagnostic. Ils sont simplement destinés à vous encourager à consulter un médecin traitant. Ce dernier pourra vous orienter vers un spécialiste du sommeil afin de réaliser des examens médicaux. Voyons de plus près en quoi consistent les tests pour l’apnée du sommeil.

Le test d’Epworth

Il s’agit d’un test d’automesure de la propension à vous endormir dans diverses situations. Le quizz se présente sous forme d’une série de questions permettant d’évaluer la fréquence et l’importance de vos épisodes de somnolences. Le test d’Epworth peut être réalisé par les enfants, adolescents et adultes. Au terme du test, vous saurez si une prise en charge médicale est nécessaire et si vous devez consulter pour des tests professionnels. Si votre score est situé en dessous de 8, vous ne souffrez pas d’un déficit de sommeil. En revanche, un score situé entre 9 et 14 démontre un manque de sommeil, tandis qu’un score supérieur à 15 met en évidence un excès de somnolence diurne. Dans ce cas, il y a des probabilités pour que vous souffriez d’apnée du sommeil.

Le test de berlin

Le test de berlin est un test permettant la mesure de probabilité d’une personne à souffrir de troubles du sommeil, dont l’apnée du sommeil. Vous devrez répondre à des questions sur votre taille, votre poids, puis à des questions classées en trois catégories. Les réponses concernent la bruyance des ronflements, leur fréquence et les arrêts de respiration pendant le sommeil. Pour terminer, vous devrez donner diverses précisions sur votre état de santé actuel. Vous devrez par exemple préciser si vous souffrez d’hypertension, artérielle ou non.

Le questionnaire STOP BANG

Le questionnaire STOP-BANG est un test conçu pour évaluer les risques d’apnées du sommeil. Le nom du test reprend les initiales en anglais des 8 questions que comporte le test. Voici les questions posées dans ce test d’apnée du sommeil :

  1. Ronflez-vous bruyamment ?
  2. Êtes-vous souvent fatigué(e) ou somnolent(e) pendant la journée ?
  3. Quelqu’un vous a-t-il vu arrêter de respirer pendant votre sommeil ?
  4. Avez-vous un traitement pour une HTA ?
  5. Votre indice de masse corporelle est-il supérieur à 35 ?
  6. Avez-vous plus de 50 ans ?
  7. La circonférence de votre cou (col de chemise) dépasse-t-elle 40 cm ?
  8. Êtes-vous de sexe masculin ?

Les examens pour tester l’apnée du sommeil

Vous l’avez compris : les tests d’apnée du sommeil évoqué précédemment peuvent vous permettre de confirmer le risque de souffrir d’apnées du sommeil, mais pas de les diagnostiquer. Seuls deux examens médicaux peuvent permettre de diagnostiquer formellement l’apnée du sommeil. Ces tests, prescrits par des professionnels de la santé (médecin généraliste, ORL, pneumologue…) sont réalisés en laboratoire du sommeil, à l’hôpital ou en ambulatoire.

La polygraphie ventilatoire

La polygraphie ventilatoire ou polygraphie nocturne du sommeil, est un examen médical permettant de diagnostiquer l’apnée du sommeil. Cet examen permet d’enregistrer les paramètres respiratoires pendant le sommeil. Cet examen est réalisé à domicile, en ambulatoire. Le patient doit se rendre dans un hôpital ou un cabinet médical pour la mise en place de différents capteurs et du boîtier d’enregistrement. Après cela, il suffit au patient de se connecter au boîtier avant de dormir, puis de ramener ce dernier à l’hôpital pour analyse des résultats.

La polysomnographie

La polysomnographie est un examen complet nécessitant une hospitalisation dans un service spécialisé (généralement en laboratoire du sommeil). Elle permet de détecter différents troubles du sommeil et de définir un index d’apnée-hypopnée. Cet index permet de connaître le degré de sévérité de l’apnée du sommeil. Pour cela, le patient est observé pendant son sommeil et, là encore, équipé de divers capteurs. Ces derniers servent à mesurer l’activité cérébrale, musculaire, cardiaque et oculaire. La polysomnographie permet également de mesurer la ventilation, la pression artérielle, la saturation de l’oxygène et les ronflements. Après l’examen, le praticien responsable de l’observation peut orienter le patient vers le traitement de l’apnée du sommeil adéquat, comme un dispositif PPC ou une orthèse d’avancée mandibulaire.

Partagez cette article :

Vous aimerez aussi

IAH : définition et conséquences

Vous êtes fatigué alors que vous dormez un nombre d’heures…

lire l'article

Surpoids et apnée du sommeil : quels liens ?

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil pouvant avoir…

lire l'article

Qu’est-ce qu’un masque pour l’apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil. Elle peut…

lire l'article